Teo Libardo est né à Brindisi, dans le sud de l'Italie. Exil à Lausanne. En France depuis 1973, il se retire quelques années dans une vallée isolée et silencieuse. Débute ensuite une décennie d'errance : chauffeur-livreur, manutentionnaire, manoeuvre, maçon, couvreur, bagnino, pizzaiolo, jardinier...

En 1984, il décide de se consacrer à la création et entame sa réconciliation avec le langage comme artiste-peintre par les signes, la pseudo-écriture, gravés dans la matière. Expose dans plusieurs pays d'Europe.

Puis l'écriture prend davantage de place à travers la création musicale. Auteur-compositeur-interprète de ses propres textes en français, il a également mis en musique plusieurs poètes parmi lesquels Cesare Pavese, une manière de renouer enfin avec sa langue maternelle.

Par ailleurs, auteur de poèmes et de récits, il s'investit comme lecteur et animateur lors de rencontres littéraires. En 2015, il fonde la revue à parution trimestrielle capricieuse La volée. Enfin, il initie une cohabitation plastique et littéraire avec DéDéTé.