Abonnez-vous à La volée et ne

manquez plus aucun numero !

> pour 1 an, soit 4 numéros

Contact manuscrits, programmation lectures ici

La volée est une revue à parution trimestrielle capricieuse. Elle rassemble des auteurs venus de différents horizons géographiques et littéraires ainsi que des plasticiens. Au fil des numéros, autour de Teo Libardo, une trentaine d'auteurs ont présenté des textes inédits : poésie, écritures et autres rêveries.



La volée n° 14 JUILLET 2018

Tous droits réservés aux auteurs, 2018 ISSN 2426-5357

> les auteurs : Lara Dopff, Elisa Coste, Nicolas Giral, Françoise Paran, Adeline Yzac, Anna Chaidron Becquevort, Teo Libardo, Marthe Omé, Attila

> la plasticienne : Mireille Pélindé Rian

 

EdiTeoLibardo 

La douleur est une gomme effaçant le bonheur de vivre. La douleur est une eau souterraine. La douleur est un vacarme incessant, elle est marécage, lande taciturne, imposture aveugle, brouillard-cadenas, nuit aigüe, elle est aide-mémoire, imposture absolue, fiente universelle, philtre inconcevable, poulpe abyssal, prison-modèle. La douleur dort sous l'aisselle des étangs, elle erre solitaire, elle égrène les cœurs le long des pleurs, elle émancipe la blancheur interdite, elle est sacrifice, elle est louve, elle est l'alpha. La douleur dort dans l'épave du songe, elle s'accroche aux remparts pourris des vallées, s'invente des symphonies en lutte majeure, incendie les vaisseaux dont nous sommes victimes, épanouit les voltigeurs autour de la mort, pulvérise les alcôves des muscles, rafraîchit les belliqueuses antiennes, chevauche l'aubépine du sang, mord les croyances crétines, balance ses carnes crevées. La douleur. La douleur jouit, éventail des paupières, elle agresse les sourcils des montagnes, elle usine l'informe affamé, châtie les pustules arrogantes, harcèle nos microbes-pensées, stigmatise les cristallines innocences, fustige les baisers en croissants, elle imbibe la peau d'absolue ivresse, elle scande des cantiques mortels, elle fusionne chair et venin des gangrènes, vomit des massacres transparents, crache la bouillonnante vengeance. La douleur émascule, fiévreuse, arrache pensées nébuleuses, déchiquette les cailloux de sa proie, s'enfle, s'agite, hurle, vagit, pue, la douleur pue, fouette, creuse des grottes dans les muscles pour en faire sa demeure. Sur la passerelle du temps le navire vire au noir. Les barques libérées sont prêtes à se répandre. (…) Douleur.


La volée n° 13 Mars 2018

Tous droits réservés aux auteurs, 2018 ISSN 2426-5357

> les auteurs : Adeline Yzac, Anna Chaidron Becquevort, Jean Azarel, Teo Libardo, Sylvie Durbec, Mohamed Kerkache, Françoise Paran, Attila, Elisa Coste, Benoit Arcadias

 

EdiTeoLibardo 

« Quelle affreuse histoire, celle de la beauté. Quelle férocité pour que se produise et quand se produit, quelque chose enfin, dans ce monde de bois » (V.Forrester).

Imaginons un projet-désir qui a mis plus d’une dizaine d’années à se réaliser – quel beau pied-de-nez à notre siècle de vitesse, n’est-ce pas ?

Imaginons les embûches, les embuscades qu’il a fallu éviter, celles où le projet s’est embourbé, a failli se noyer, a perdu le sud ; l’énergie déployée pour se dépêtrer de tout cela, continuer, ne pas abandonner, être à la hauteur du hasard – la force du désir est immense, non é vero ?

Imaginons la solitude nécessaire à la création et la création d’une solitude qu’il a fallu dépasser – la vie est belle...

Imaginons les jalousies silencieuses ou bavardes, le grand silence entourant ce projet, l’absence de retours, la parole non tenue, le grand je-m’en-foutisme, le chacun pour-soi – rien que du banal, isn’t it?

Imaginons les quelques sourires de connivence, les yeux qui brillent, la main tendue pas toujours prise, l’amour enfin – la naïveté consciente victorieuse.

Et toujours le désir qui se fraye un chemin parmi les illusions monnayables que cette société nomme bonheur.

Je vous laisse, il fait beau dehors.

« En nous écorchant vifs, le pouvoir met son point d’habileté à nous persuader que nous nous écorchons mutuellement » (R.Vaneigem) 



La volée n° 12 Décembre 2017

Tous droits réservés aux auteurs, 2017

ISSN 2426-5357

> les auteurs : Marthe Omé, Mohamed Kerkache, Danièle Faugeras, Teo Libardo, Bernard Long, Benoit Arcadias, Elisa Coste, Attila

> la plasticienne : Caroline Garcia

EdiTeoLibardo 

J’AI OUBLIÉ

Parfois j’ai oublié son nom

Oublié que j’avais chanté sur une scène avec ma guitare en décembre 1968 dans une petite ville du Valais

Oublié que l’âge ne fait rien à l’affaire Oublié que la nuit, on dort

Que le silence peut être tranchant comme un couteau

Que la parole saigne

Que ça va, ça vient

J’ai oublié quand j’ai commencé à dessiner et ce qu’était mon premier dessin

Oublié les ailes de géant

Oublié le plaisir pris à regarder son visage endormi

Oublié que j’aimais autant le goût d’une pastèque bien rouge

Qu’une saveur, une odeur, une parole pouvaient vous ouvrir les murailles du passé

Oublié que tout est joué d’avance

Que rien n’est joué d’avance

Que l’argent est toujours sale et qu’il faut bien se laver les mains, même si ce n’est pas suffisant

Qu’il faut bien que jeunesse s’enlace Qu’il faut de tout pour défaire un monde Qu’un rien suffit

Oublié si j’ai joué au docteur et avec qui Oublié à quel point une couleur pouvait être vivante

Que la beauté pouvait transformer, si ce n’est le monde, au moins une journée ou une heure

Oublié mes cigarettes chez toi

Oublié que je ne fumais plus depuis des années et que nous habitions ensemble


La volée n° 11 Octobre 2017

Tous droits réservés aux auteurs, 2017 ISSN 2426-5357

> les auteurs : Benoit Arcadias, Jean Azarel, Béatrice Brérot, Gilbert Casula, Anna Chaidron-Becquevort, Elisa Coste, DéDéTé, Teo Libardo, Bernard Long, Marthe Omé

> la plasticienne : Mireille Pélindé Rian

 

EdiTeoLibardo 

RÉVEILS

Tout est en suspend

le sommeil me prend en héros

je flotte et fugue

le minéral m’enchante

le végétal se déploie

un chant m’éblouit m’illumine

la lumière dans la pénombre est reine

le seul pouvoir que je reconnaisse

l’entrelacs des jours dessine un portrait au point de dentelles

la nudité enfreint les règles de l’abîme

l’autre l’humain interdit

la fraternité des mots

corps à corps

la fuite toujours de couleur rouge

le baume allegro vivace

et la délicatesse désemparée 



La volée n°10 juin 2017

Tous droits réservés aux auteurs, 2017 ISSN 2426-5357

> les auteurs : Benoit Arcadias, Elisa Coste, Collectif ESQUIMOTS, DéDéTé, Hannibaal, Maria de Lourdes Hortas (bilingue portugais/français), Mohamed Kerkache, Teo Libardo, Roger West

> la plasticienne : Pascale Plumail 

 

EdiTeoLibardo 

Il ne s’agit pas de lâcher une quelconque proie

puisque nous ne l’avons aucunement chassée

ni de choisir l’ombre

Nous voulons autant que possible

nous débarrasser de la prédation

et des systèmes qui la cautionnent

quand ils ne l’encouragent pas

Il n’y a pas de haine heureuse

Il n’y a pas de fusil innocent

Aucun cadavre n’est exquis

Aucun mensonge sans armure

Il n’y a pas d’enfer c’est les autres

Il n’y a pas la moindre idole

Aucune bave qui soit éternelle

Aucune pensée définitive

Ni de juste commerce

Ni de vengeance joyeuse

Il y a le soleil amoureux

Et l’oubli


La volée n°9 Mars 2017

Tous droits réservés aux auteurs, 2017 ISSN 2426-5357

> les auteurs : Benoit Arcadias, Elisa Coste, DéDéTé, Nicolas Giral, Hannibaal (Burkina Faso, invité Printemps des poètes), Mohamed Kerkache, Teo Libardo, Marthe Omé, Roger West

> la plasticienne : Joan Beall

 

EdiTeoLibardo 

Dix mots écrits, cent s’entrechoquent, se cachant je ne sais où –

et ce jeu de cache-cache tantôt m’exaspère,

tantôt me met en joie,

joue pianissimo,

andante ma non troppo,

con fantasia,

fortissimo,

arrabiatissimo.

M’emplit une félicité à accueillir des mots qui se donnent,

comme ceux qui se dérobent,

se déshabillent,

s’évanouissent pour mieux s’imposer tout-à-coup

ou à force de patience,

de répétitions,

de charme,

de simplicité.

L’émerveillement n’est jamais bien loin.

Là où germent les mots, l’amour veille au grain.



La volée n°8 Décembre 2016

Tous droits réservés aux auteurs, 2016  ISSN 2426-5357

> les auteurs : Béatrice Brérot, Yve Bressande, Elisa Coste, DéDéTé, Sylvie Durbec, Danièle Faugeras, Hubert Le Boisselier, Teo Libardo, Marthe Omé et Julien Usseglio.

 

EdiTeoLibardo 

SACRIFICE VOLONTAIRE

Vie

Vie, vie

Ça crie vie de toutes parts

Sacrifice volontaire,

sacrifice ordinaire

Sacrifice volontaire,

sacrifice ordinaire

Je suis, je suis vivant

Je suis vivant mon cœur bat

Pourquoi ?

Pourquoi vouloir mourir ?

Sacrifice volontaire,

sacrifice ordinaire

Sacrifice volontaire,

sacrifice ordinaire

Vie, vie, vie

Pourquoi vouloir mourir

un si beau jour ? 

 Je suis vivant

Vie, vie

Vie

Ça crie vie de toutes parts

Sacrifice volontaire,

sacrifice ordinaire

à quels dieux, à quels démons ?

Sacrifice volontaire,

sacrifice ordinaire

Alors que je suis vivant

et que ça crie vie de toute part

À qui profite

À qui profite le sacrifice ?

Ce sacrifice volontaire,

ce sacrifice ordinaire

À qui profite ce sacrifice ?

À qui ? 


La volée n°7 Octobre 2016

Tous droits réservés aux auteurs, 2016  ISSN 2426-5357

> les auteurs : Benoit Arcadias, Béatrice Brérot, Yve Bressande, Elisa Coste, DéDéTé, collectif ESQUIMOTS, Danièle Faugeras, Mohamed Kerkache, Hubert Le Boisselier, Teo Libardo, Marthe Omé

> la plasticienne :  Marlène Florette 

> la présentation d'un recueil : Poèmes Tamouls de l'époque Sangam (collection PO&PSY)

 

EdiTeoLibardo 

Nous attendons

l’éclaircie de la raison

l’irruption du corps parlant

les ombres inclinées

autant que la lumière

nous attendons

la fulgurance au détour de l’ivraie

l’ineffable l’improbable

chaleur de lune

la fièvre

l’immanence amoureuse

nous attendons

qu’un tremblement survienne

que la joie nous surprenne

l’avancée du couchant

que le chaos s’organise

qu’il danse avec la brume

nous attendons de pied ferme

la dissolution de la peur

la patience des routes

le silence du feu

nous attendons

le retour doux des choses

St Eloi – 10 août 2016 



La volée n°6 Juin 2016

Tous droits réservés aux auteurs, 2016  ISSN 2426-5357

 > les auteurs : Attila, Yve Bressande, Elisa Coste, DéDéTé, collectif ESQUIMOTS, Danièle Faugeras, Mohamed Kerkache, Teo Libardo

> la plasticienne : juttamaRie

> la présentation d'un recueil de Kenneth Rexroth (collection PO&PSY)

 

EdiTeoLibardo

La nostalgie du futur

Non pas la nostalgie ou alors la nostalgie du futur.

Oui c’est ça, nous avons, quelques-uns, la nostalgie du futur, la nostalgie de la liberté des femmes, des hommes, nostalgie d’une recherche de vérité, d’intelligence, d’égalité,

vous savez bien, la nostalgie de l’arrêt de la torture animale, la nostalgie de la beauté, de la parole donnée, de l’art réalisé, de la poésie dans le simple déroulement quotidien des heures, la nostalgie de la fin de la faim dans le monde, de la fin de l’exploitation de l’homme par ses semblables, mais oui, souvenez-vous, cette nostalgie du futur qui nous fait, nous humains, être en symbiose avec l’animal, le végétal et même, oui, oui, le minéral, sans parler de l’invisible – l’invisible: un regard qui tient lieu de roman, de poème,

la nostalgie du futur qui sait qu’aujourd’hui

personne ne prend la vie au sérieux :

sinon on verrait des jardins étincelants dans les rues, les hommes auraient inventé depuis longtemps une manière amicale d’éradiquer la souffrance et le jeu ainsi que l’amour seraient leurs occupations préférées.


La volée n°5 Mars 2016

Tous droits réservés aux auteurs, 2016  ISSN 2426-5357

 > les auteurs : Benoit Arcadias, Yve Bressande, Elisa Coste, Cristo, DéDéTé, Dominicella, Danièle Faugeras, Mohamed Kerkache, Teo Libardo, Nadia Mifsud

> la plasticienne : sWan

> la présentation par Danièle Faugeras et Pascale Janot d'un recueil de Malcolm de Chazal (collection PO&PSY)

 

EdiTeoLibardo

Prière d’intégrer

J’assiste au lever du soleil.

Les feuilles des arbres boivent la lumière bienfaitrice, celles du tilleul séculaire pavoisent et dansent avec le vent. L’olivier délaissé s’accroche à la vie. J’imagine les mirabelles

du prunier se parant de jaune. Mon chien regarde par la fenêtre se balancer le Rosa canina aux frêles branches pleureuses dont les racines avaient la réputation, dans l’Antiquité, de guérir la rage.

Je rêve que certains de mes contemporains se soignent  à la racine  et guérissent de la haine, du racisme, de la xénophobie, des croyances mortifères, de l’indifférence, de la cupidité, autres visages de la rage, pour enfin s’ouvrir au partage du monde, à ses richesses, à sa complexité, à une fraternité réelle. Une crainte fugace que tous les Rosa canina sur Terre n’y suffiraient pas traverse en-dehors des épines ma conscience. Maintenant les rayons du soleil m’éblouissent, mon chien vient me voir puis retourne guetter. Une question emplit l’espace: est-il si difficile de permettre à ces naufragés, à ces désespérés, à ces réfugiés de toutes sortes d’assister à un tel lever de soleil ? 



La volée n°4 Décembre 2015

Tous droits réservés aux auteurs, 2015  ISSN 2426-5357

> les auteurs : Elisa Coste, Cristo, DéDéTé, Estelle Henry, Emmanuel Hiriart, Mohamed Kerkache, Teo Libardo, Nadia Mifsud

> la plasticienne : Joëlle Jourdan 

> la présentation par Danièle Faugeras et Pascale Janot d'un recueil de Ryôichi Wagô (collection PO&PSY)

 

EdiTeoLibardo

J'écris : La mort des mots, avec des mots.

C'est tout ce que j'arrive à écrire. Les mots passent rapides dans ma tête, je ne peux les arrêter. Pas un seul ne m'enthousiasme, ne me convient. Ils coulent dans l'oubli, ils se fracassent contre la connerie des hommes, leur suffisance, leurs croyances crasses. Les mots agonisent, se perdent dans le boucan du monde, le vacarme omniprésent, s'enlisent dans la cacophonie, le gâchis organisé, s'effacent peu à peu, disparaissent dans la lumière artificielle des projecteurs. Pauvres, riches, petits, grands, ils sont livrés à eux-mêmes et l'angoisse les saisit quand ils sont à terre, piétinés, blessés, perdant leur sens. Les mots ne chantent plus, ils crient, hurlent, gueulent, jurent et finissent par pleurer. Puis le silence arrive – cette part d'eux-mêmes – les rejoint et ensemble ils éloignent la détresse et l'effroi. Ne subsiste qu'une brume de tristesse. Il y a quelques années, j'écrivais :

Si la guerre nous apporte encore plus de chaos

c'est le chaos du monde qui nous mène à la guerre.

Tôt le matin, encore nuit, à ma chienne me regardant avec insistance, après l'avoir rassurée de je ne sais quelle angoisse par quelques caresses, je lui ai dit : que veux-tu ? Tu n'as rien d'autre à faire que rêver, va. Elle s'est recouchée près de mon fauteuil. Quand me racontera-t-elle ses rêves ?


La volée n°3 Octobre 2015

Tous droits réservés aux auteurs, 2015 ISSN 2426-5357

 > les auteurs : Benoit Arcadias, Antoine Cassar, Cristo, Elisa Coste, DéDéTé, Estelle Henry, Mohamed Kerkache, Teo Libardo

> le plasticien : Georges Brillon

> la présentation par Danièle Faugeras et Pascale Janot du recueil rassemblant l'oeuvre complète de Paolo Universo (collection PO&PSY) 

 

EdiTeoLibardo

Ce n'est pas notre mer cette Mare

Nostrum  

cette frontière liquide on vous la laisse cette limite de votre bienveillance

de votre humanité

de vos idéaux mensongers

cette mer avec ces corps d'algues

avec ces espoirs fracassés

la peur d'une escale indéfinie

nouant ventres et mains

et notre impuissance  

et votre vergogne

Nous n'en voulons

pas de votre mer

de cette Mare Vestrum

faux-semblants

doctes promesses  

votre faillite à la mesure de la mort

toute-puissante

qui vous dirige

vous asservit

Elle vous a déjà anéantis

vous n'existez plus

Votre mer est notre désespoir englouti 

Basta !

Plus de paroles. 



La volée n°2 Juin 2015

Tous droits réservés aux auteurs, 2015  ISSN 2426-5357

 > les auteurs : Benoit Arcadias, Mélanie Cinabre, Collectif ESQUIMOTS, Elisa Coste, DéDéTé, Teo Libardo

> le plasticien : Attila

 

EdiTeoLibardo

Si « l'écriture est à elle-même sa propre récompense » (Christian Bobin), la lecture devant nos semblables est une création qui contient des prémisses de rencontres, où enfin quelque chose peut advenir. S'éloigne alors le couperet de notre discontinuité, de notre bannissement, tandis qu'en nous s'immiscent des sensations, un sentiment bien au-delà de la récompense.

Encore C. Bobin (La Dame Blanche) :   « (...) soit on adore le monde (l'argent, la gloire, le bruit), soit on adore la vie (la pensée errante, la sauvagerie des âmes, la bravoure des rouges-gorges). Juste une question de goût. »

Rien n'est plus vrai et c'est magnifiquement dit. À ceci près qu'il reste une multitude d'illuminations et de contrées non seulement à adorer mais bien à créer. Noël sur terre ne se fera pas sans nous. N'attendons rien, agissons : soyons poètes. 

EPUISE


La volée n°1 Mars 2015

Tous droits réservés aux auteurs, 2015 ISSN 2426-5357

> les auteurs : Anne-Marie Lecri et Mélanie Cinabre, Elisa Coste, DéDéTé, Dominicella, Teo Libardo, Christophe Liron.

> les plasticiens : Attila, Marlène Florette, Orianne Hidalgo-Laurier

 

EdiTeoLibardo

« L''insurrection poétique » radicale serait de ne pas participer aux évènements organisés par ceux-là mêmes qui diffusent des actions mortifères et qui empêchent l'être humain de se réaliser réellement. Comme l'avait écrit Rimbaud : « Voici le temps des Assassins » . Et avec eux, le temps des fossoyeurs.

Nous trouverons la poésie dans ses demeures habituelles, simples masures et/ou palais flottants, amitiés, amours, attractions passionnées, et peut-être, dans le long écoulement indécis du temps. Nous espérons la découvrir aussi à La volée.

Un poète ne se venge pas et n'appelle pas à la vengeance. Il faut éradiquer le sentiment de vengeance de la tête et des entrailles des hommes. C'est la vengeance, entre autres, qui a armé les assassins du 7 janvier. 

 EPUISE